Trees
Trees my great site Trees
Trees
Backdrop02

Savoir regarder, apprendre à voir

Backdrop02 Home1b2b Backdrop02
Backdrop02

Promenades-découverte

Backdrop02 Home1b2a2a Backdrop02
circaete
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2 Backdrop02
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2a Backdrop02
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2a1 Backdrop02
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2a1a Backdrop02
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2a1a1 Backdrop02
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2a2c Backdrop02
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2a1a1a1 Backdrop02
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2a2b Backdrop02
Backdrop02
Backdrop02 Home1b2a1a1a1a1 Backdrop02

Trois ouvrages pour amorcer une approche érudite du territoire :

• Toponymie historique de Catalunya nord.
... noms de lloc de la notra terra ...
Lluis Basseda.
Terra Nostra. 1990.
• Entre Languedoc et Roussillon. 1258 - 1659. Fortifier une frontière ?
Sous la direction de Lucien Bayrou.
AMC. 2004.
• Archéologie d'une montagne brûlée. Massif de Rodès, Pyrénées-Orientales.
Ouvrage dirigé par Olivier Passarius, Aymat Catafau, Michel Martzluff.
Editions Trabucayres. Conseil Général des Pyrénées-Orientales. 2009
Backdrop02

Le Fenouillèdes

Initialement, c’est le petit village de Fenollet, qui donne le nom au pays.
Deux étymologies possibles.
L’une, classique et paresseuse, « lieu où abonde le fenouil ».
L’autre, d’érudition plus récente, Pagus Fenoglietensis, « le pays des foins », qualifiant la haute vallée de l’Agly.
 
 

Le village de Montalba-le-Château

Origine du nom.
On trouve, dans les textes, le nom « Montealbo » (Xe siècle), puis « Monte Albani » (XIIe). Au XVIIe, apparaît « Montalba ».
A propos du toponyme, un éventail d’hypothèses débattues:
1/ la première étymologie donne la colline blanche pour désigner la teinte des pierres (à rapprocher d’un actuel lieu-dit voisin, plus au sud, « Les Rocs Blancs », se distinguant des éminences granitiques environnantes)
2/ ou la forteresse, la place-forte blanche (caractérisant ici l’éclat des murailles neuves). « Monte » étant donné classiquement pour château ; et « albus », en latin, qualifiant le blanc-brillant.
Par opposition balancée peut-être, un proche village est appelé Montner, le mont ou le château noir, sombre.
3/ Il peur s’agir également d’une dénomination domaniale, se référant à un patronyme (Albus ou Albanus). Le mont d’Albain. Comme c’est le cas pour plusieurs villages du Midi (Albane, Albiac, Albiosc… et des tas d’autres).
4/ Une autre piste opte pour la très ancienne racine pré-indoeuropéenne « alp » = hauteur, s’agissant d’un site préhistorique, et fréquemment rencontrée en substrat toponymique. Dans ce cas, il faudrait entendre le mont haut.
Montauban, Montalbàn en Espagne, Montalbano en Italie présentent la même indécision à l’origine de leur appellation contemporaine, sans certitude sur une éthymologie commune.
Le beau nom du village, dans sa forme actuelle, qui date de 1933 pourrait être, à son tour, une redondance !
...
Chemins hagiographiques.
Sébastien est le protecteur de Montalba-le-Château. La Société Mutuelle d’entraide, fondée au début du XX e siècle, a pris symboliquement son nom.
Tous les étés, à la fête locale, on mène sa statue de la chapelle intra-muros, dédiée à Saint Jean l’Evangéliste, jusqu’à à l’église de la Vierge de l’Assomption, bâtie à l’emplacement originel du village, à portée de la source fondatrice.
Ce futur saint subit lourdement le martyre par (entre autres …) sagittation. Il est écrit : « Et les archers le frappèrent jusqu'à ce qu'il soit recouvert de flèches comme un hérisson est couvert d'épines » (Legenda Aurea). Dans son CV, on nous dit aussi qu’il compte parmi les quatorze saints intercesseurs. Information précieuse. Dans les temps qui s’annoncent, nous en aurons bien besoin.
Une cuvée millésimée a porté son nom (médaillée d’or au Concours Général Agricole !). Point culminant de la viticulture coopérative locale, qui n’est plus.
 
...
Le jeu des datations.
Beaucoup de dates fantaisistes ont été données.
Les données précises font défaut pour établir une chronologie fiable des fortifications.
A titre indicatif, sur la base de détails constructifs et de références comparatives, on peut avancer quelques hypothèses, facilement lisibles sur le terrain.
Une double enceinte. L’une, sommitale, sans doute en développement d’un ancien donjon ; l’autre, en redoublement, couronnant le haut du mont. Polygonale, aux courtines rectilignes, à double rangée d’archères.
Ces deux ensembles distincts sont parvenus jusqu’à nous:
- L’actuel château, puzzle constitué de bâtis connectés dans des remaniements successifs.
- L’ancienne enceinte extérieure (ébréchée pour permettre la construction d’un…château d’eau), où plusieurs strates d'habitations médiévales sont venues se loger.
Le granit étant abondant dans le pays, la muraille n’a pas trop servi de carrière pour le réemploi de ses matériaux, comme souvent les ruines. Elle peut nous transmettre encore beaucoup d’informations, à portée de regard attentif. Invitation à promenade dans les vestiges et les indices chronologiques.
 

Le plateau granitique

Le patrimoine agropastoral

Les anciens paysages agraires

Les biotopes

pigeonnier